Art & Culture

« Les Héroïnes » : la Reine Amina, première Souveraine Haoussa

C’est la première femme Haoussa à accéder au trône. Guerrière hors pair, la Reine Amina de Zazzau (Zaria) mena de brillantes campagnes militaires. Véritable mythe féminin, ses 34 ans de règne ont notamment été immortalisés par la série populaire « Xena, la Guerrière ».

Née vers 1533 dans le royaume Haoussa fondé vers l’an 1050, plus précisément au sein de la cité-État de Zazzau (Zaria aujourd’hui), l’une des principales villes situées dans la région nord-ouest du territoire de l’actuel Nigéria dans l’État de Kaduna, Amina était la fille de la 22e Reine Bakwa Turunku.

Formée dans un tribunal, notamment celui de son grand-père, le très puissant dirigeant Sarkin Nohir, très tôt, la Princesse Amina développa une passion et un talent pour les arts militaires. Elle reçut de son grand-père les meilleurs soins et une grande instruction, en l’occurrence sur les questions politiques et militaires. Il faut relever que la famille régnante avait fait fortune au travers du commerce de chevaux, métaux, noix de cola, cuir et tissus importés. La Princesse fut éduquée aux côtés de hauts fonctionnaires du royaume dont elle assistait aux réunions quotidiennes.

Un parcours hors du commun   

À la mort de son grand-père, pendant que son frère Karama hérite du trône en 1566, Amina choisit délibérément une carrière militaire. En effet, dotée d’une stature imposante, elle aimait se battre, avec une préférence pour le maniement des armes de même que les techniques de guerre. Amina combattra d’année en année aux côtés de son frère et de son armée.

Elle réussit à gagner le respect de cette armée d’hommes, tant sa maîtrise de l’art de la guerre était aboutie. Sous son commandement, on pouvait dénombrer une armée de près de 20 000 hommes avec lesquels elle accumulera plusieurs victoires. C’est également cette notoriété qui lui permit d’hériter du trône à la mort de son frère en 1576, une véritable première dans l’histoire du peuple Haoussa, une femme ne pouvant auparavant accéder au trône.

Une Reine conquérante   

À l’actif de la désormais Reine Amina, l’on dénombre de nombreuses batailles dont notamment, les fameuses croisades.

L’objectif de ces conquêtes de territoire était double : étendre le territoire de Zazzau au-delà des frontières de l’époque et asservir les villes conquises. De façon stratégique, elle soumettait les gouvernements locaux au paiement d’un impôt et les incitait à faciliter le passage des commerçants Haoussa. Elle est à l’origine de l’ouverture de plusieurs routes commerciales. La Reine initiera notamment la culture de la noix de cola sur son territoire et son commerce avec les royaumes voisins.

Sa vision expansionniste fut en effet très tôt mise en pratique. Elle fit sa première croisade juste trois mois après son intronisation. Cette stratégie bien ficelée dès le départ, couplée à sa détermination, lui ont permis d’annexer de nombreux territoires voisins et d’agrandir considérablement le royaume Haoussa pendant ses 34 ans de règne.

Une liberté sexuelle assumée     

Les prouesses de la Reine lui conférèrent richesse, gloire et puissance. Elle ne voulait pas se marier. Elle ne souhaitait pas en effet qu’un jeune Apollon lui arrache son pouvoir. La légende raconte qu’après chaque victoire, elle changeait de partenaire à qui elle ôtait la vie le lendemain au réveil, en condamnant ce dernier à mort afin d’éviter que la rumeur ne s’ébruite. La Souveraine mourra seule et sans enfants.

Même si la cause et le lieu de sa mort restent controversés, il est largement admis qu’elle est morte lors d’un combat au lieu-dit Atagara, un endroit situé dans l’actuel État de Kogi, au centre-nord du Nigeria.

La Reine Amina célébrée par la postérité           

La Reine Amina rentre dans plusieurs légendes à travers le monde car ayant brillé à une époque particulièrement dominée par les hommes. Aujourd’hui, figure de proue parmi les références féminines au Nigéria, la Princesse devenue Reine est surnommée « Rana de Yar Bakwa ta san » (La femme aussi capable qu’un homme). Ayant réalisé au cours de son règne tout ce que ses prédécesseurs hommes n’avaient pu faire, elle incarne la puissance au féminin, capable de transcender les traditions.

Statue de la Reine Amina, Lagos, Nigeria

On doit à Amina, l’administration telle qu’on la connaît aujourd’hui dans les sociétés Haoussas, fortement patriarcales. Le Sultan Mohamed Bello de Sokoto, souverain Haoussa, évoque son don unique pour le commandement. À travers le monde, de nombreuses œuvres artistiques sont dédiées à sa mémoire de guerrière hors pair. La plus réputée fut la série culte « Xena, la Guerrière », inspirée de son histoire.

Maggy Lynn

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page