MondePolitique

Rencontre Sall-Poutine : plaidoyer pour la levée des sanctions

Alors que l’Occident et la Russie croisent le fer en se rendant coup pour coup par sanctions interposées, le reste du monde, dont l’Afrique, en paie le prix fort. Macky Sall et Vladimir Poutine plaident pour la levée des sanctions contre Moscou.

Porter la voix de l’Afrique sur le théâtre du conflit russo-ukrainien, là était l’objectif de Macky Sall, président sénégalais, mais surtout en l’espèce, président en exercice de l’Union africaine. Victime des tirs croisés entre Moscou et l’Occident, le continent a le vertige devant les défis alimentaires posés par le poids des sanctions contre la Russie.

Les liens historiques, socle des relations entre l’Afrique et la Russie

« Je tiens à rappeler que la Russie a toujours été du côté de l’Afrique et qu’elle lui a toujours apporté son soutien dans la lutte contre la colonisation », a rappelé le président russe.

Après avoir évoqué le sommet Afrique-Russie tenu à Sotchi en 2019, et dont la suite pour novembre 2022 est en pleine préparation, Vladimir Poutine a donné sa vision du futur des relations entre Moscou et le continent africain. « Nous sommes dans une nouvelle étape du développement de nos relations, nous apportons une attention particulière au développement de nos relations. Et cela a déjà débouché sur des résultats. Par exemple, notre chiffre d’affaires augmente, durant les premiers mois de l’année, il a augmenté de plus de 34%. Nous essayons également de développer des liens humanitaires avec les pays africains. Nous allons faire tout notre possible pour que ce processus aille de l’avant. La Russie a toujours porté un très grand intérêt à l’Afrique et c’est une grande partie de notre coopération. Le rôle de l’Afrique sur la scène internationale augmente, notamment sur le plan politique. Nous pensons que l’Afrique a de belles perspectives devant elle et nous allons développer les relations avec les pays avec lesquels nous entretenons déjà des rapports amicaux. Je suis très content de vous voir », a poursuivi le maître du Kremlin.

« Je suis très heureux de vous retrouver à Sotchi, cette belle ville au bord de la mer noire, d’abord dans un contexte certes difficile, mais c’est un plaisir de vous revoir. Je remercie d’abord pour l’appel que vous avez bien voulu avoir avec moi au début de la crise et aussi d’avoir accepté ce déplacement que je fais en tant que président du Sénégal mais aussi en tant que président en exercice de l’Union africaine (…) Je salue le rôle de la Russie dans la lutte pour les indépendances des pays africains, ce rôle ne peut pas être oublié par l’Afrique et cette amitié au nom de laquelle je viens pour les 54 pays de l’Union africaine fait que vraiment, nous venons avec beaucoup d’espoirs et nous souhaitons bien sûr, non seulement renforcer les relations de coopération bilatérales, mais aussi entre la Russie et l’Afrique et parler de la crise et de ses conséquences sur nos pays », a répondu le président sénégalais à son homologue russe.

Plaidoyer pour la levée des sanctions contre Moscou

Macky Sall a ensuite rappelé la position non-alignée du continent africain, notamment illustrée par deux votes historiques à l’ONU. « Vous avez suivi les différents votes aux Nations unies, la position de l’Afrique malgré d’énormes pressions, la majorité des pays africains ont évité de condamner la Russie dans cette situation et si vous prenez aussi l’Algérie, le Moyen-Orient ainsi que l’Amérique latine, il y a une bonne partie de l’Humanité qui en réalité est très attentive à ce qui se passe. »

Rentrant ensuite dans le cœur du sujet, le président en exercice de l’Union africaine a joint la voix de l’Afrique à celle de la Russie pour la levée des sanctions contre Moscou, aux conséquences dévastatrices pour le reste du monde, dont le continent africain, menacé par l’insécurité alimentaire. Une bombe sociale et politique historique.

« Et moi, c’est au nom de tous ces espoirs que je suis venu vous voir pour demander de prendre conscience que nos pays, même s’ils sont éloignés du théâtre, sont des victimes de cette crise au plan économique.  Les sanctions contre la Russie ont entrainé plus de gravité puisque nous n’avons plus accès aux céréales venant de Russie, au blé en particulier, mais surtout aux engrais, à l’urée, pendant que l’agriculture est déjà déficitaire et ça, ça crée vraiment de sérieuses menaces sur la sécurité alimentaire du continent. Le mardi matin, j’ai parlé au Conseil européen en leur disant, oui, il y a la crise, mais il y a aussi les sanctions et il faut que nous travaillions ensemble sur les deux registres pour que tout ce qui concerne déjà le volet alimentaire : céréales, engrais, soit déjà hors de sanctions. Mais il faut aussi en même temps, si vous voulez nous aider, que ces sanctions soient levées contre la Russie »

Président Macky Sall

Après la Russie, le président sénégalais se rendra en Ukraine pour s’entretenir avec son homologue Volodymyr Zelensky, comme pour réaffirmer la position équidistante de l’Afrique, position de plus en plus attaquée par le camp occidental. Agacé par la neutralité du continent, l’Ouest multiplie les coups de pression. Dernier en date, un projet de loi du Congrès américain qui prévoit de sanctionner toute personne ou entité publique comme privée en Afrique qui aide la Russie à contourner les sanctions américaines ou qui fait trop ouvertement montre de sa russophilie.

Teria News

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page