AfriquePolitiqueVidéos

Mali : discours à la nation d’Assimi Goïta

Au lendemain des lourdes sanctions votées par la CEDEAO contre Bamako, le président de la Transition s’est adressé à la nation malienne, lundi 10 janvier. Tout en appelant les maliens à la solidarité et à la résilience face à l’embargo imposé par l’organisation, le colonel Assimi Goïta affirme vouloir maintenir le dialogue avec la CEDEAO.

Assimi Goïta se plie à un exercice d’équilibriste après les sanctions qu’a fait pleuvoir la Communauté des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur le Mali. Si dans un premier temps le président de la Transition a fait preuve de fermeté, le chef d’État malien souhaite également maintenir des canaux de dialogue avec la CEDEAO.  

TERIA NEWS: DISCOURS À LA NATION DU COLONEL ASSIMI GOÏTA

Bamako répond du tac au tac

« Le gouvernement du Mali condamne énergiquement ces sanctions illégales et illégitimes », ferme également ses frontières avec les États membres de la CEDEAO et rappelle ses ambassadeurs accrédités dans les pays de la CEDEAO, a annoncé lundi le colonel Abdoulaye Maïga, porte-parole du gouvernement de Transition, dans un communiqué lu à la télévision nationale. « Le gouvernement du Mali regrette que des organisations sous-régionales ouest-africaines se fassent instrumentaliser par des puissances extra-régionales aux desseins inavoués », a-t-il ajouté. Si Abdoulaye Maïga s’est gardé d’accuser nommément un État, beaucoup voient en la décision de la compagnie Air France de cesser de desservir la capitale malienne, un signe du lobbying français vis-à-vis de la CEDEAO. Décision imitée dans la foulée par Air Côte d’Ivoire et Air Burkina.

Alors que la Conférence des chefs d’État a décidé « d’activer immédiatement la Force en attente de la CEDEAO qui doit se tenir prête à toute éventualité », « compte tenu des effets potentiellement déstabilisateurs de cette transition pour le Mali et la région », Bamako a appelé l’armée à rester mobilisée en cas de déploiement de forces étrangères contre le Mali.

« Les frontières terrestres, aériennes et maritimes de la Guinée resteront ouvertes au Mali », a pour sa part décidé le Comité National de Rassemblement pour le Développement (CNRD) de Mamady Doumbouya. Dans un communiqué publié le 10 janvier, le chef de la Transition guinéenne exprime ainsi sa solidarité avec le Mali et se distancie d’une décision à laquelle la Guinée, suspendue des instances de la CEDEAO depuis le coup d’État du 5 septembre 2021, n’a pas été associée.  

Teria News

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page