AfriquePolitique

Soudan : le retour de l’ordre constitutionnel de Transition ?

Abdallah Hamdok rétablit dans ses fonctions de Premier ministre. Renversé avec son gouvernement civil le 25 octobre, Abdallah Hamdok est restauré en vertu d’un accord signé avec le général Abdel Fattah al-Burhane. Vers une capitulation des putschistes ?

Il avait été placé en résidence surveillée le matin du 25 octobre, jour où les militaires du Conseil souverain de transition (CST) d’alors ont décidé de mettre leurs menaces à exécution en arrachant le pouvoir aux civils.

40 morts, une centaine de blessés et de lourdes pressions internationales plus tard, le général Abdel Fattah al-Burhane, qui a depuis pris les rênes du pays, a été contraint de céder du terrain. L’avenir dira s’il s’agit d’une capitulation.

« Un accord politique a été conclu entre le général Burhane, Abdallah Hamdok, les forces politiques et des organisations de la société civile pour un retour de Hamdok à son poste et la libération des détenus politiques »

Fadlallah Burma, médiateurs soudanais, dirigeant du parti Oumma
Lire ou relire « Soudan : coup d’État dans la Transition »

Vers le retour de l’ordre constitutionnel ?

Le groupe de médiateurs, notamment composé de journalistes, universitaires et politiciens, a dévoilé les grandes lignes de l’accord. Ce dernier inclut le rétablissement d’Abdallah Hamdok dans ses fonctions, la libération des prisonniers politiques et le retour au consensus politique, légal et constitutionnel qui gouvernait la période de Transition, tel qu’établit après la chute d’Omar el-Béchir en 2019.

« L’accord sera officiellement annoncé plus tard dans la journée, après la signature des termes de l’accord et de la déclaration politique l’accompagnant », annoncent par ailleurs les médiateurs.

Un pas en avant, deux pas en arrière ? Bien que singulier, le rythme de la transition soudanaise, influencé par des dynamiques internes autant que par de lourdes pressions internationales, est tributaire de l’incertitude politique propre à toute transition « démocratique ». Cette incertitude ne permet qu’une marche à tâtons qui se traduit par des évolutions autant que par des involutions.

En attendant, le peuple soudanais maintient la pression sur les militaires. Malgré l’annonce d’un accord et le retour d’Abdallah Hamdok, ils sont à nouveau descendus dans les rues ce dimanche.

Teria News

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page