MondePolitique

Zemmour en Côte d’Ivoire : vive la République des Mallettes ?

Eric Zemmour s’est envolé pour Abidjan le 22 décembre. Alors qu’il prône l’immigration zéro, le candidat déclaré à la présidentielle française de 2022 utilise-t-il les réseaux de la Françafrique à la recherche de financements ?

L’argent n’a pas d’odeur dit l’adage. Si les Noirs et les Arabes, ressortissants du continent africain, ne seront plus les bienvenus en France sous son règne, l’argent de l’Afrique est lui le bienvenu. Il est même convoité à en croire le déplacement d’Eric Zemmour en Côte d’Ivoire. Le voyage se voulait discret mais c’est raté. Le polémiste a été aperçu à bord d’un vol Air France à destination d’Abidjan ce 22 décembre.

Eric Zemmour rencontrera la communauté française résidant en Côte d’Ivoire et certains membres de la classe politique ivoirienne, mais il ne devrait être reçu par aucune autorité. Ce faisant, il honore le circuit traditionnel des prétendants français au fauteuil présidentiel jalonné par les capitales de la Françafrique pour récolter des mallettes de billets afin de financer sa campagne. Ce manège entre les élites françaises et africaines est notamment décrit par le journaliste Pierre Péan dans la « République des Mallettes ».

Lire ou relire : «L’effet Zemmour : la tempête qui vient sur l’Hexagone ?»

Toutefois, bien que réputé proche de Bolloré et Bouygues, piliers de la Françafrique, le déplacement en personne d’Eric Zemmour indique les limites de cette proximité. En effet, au rythme des révélations sur les mécanismes de financement occulte des campagnes présidentielles françaises, les transactions et mises en relation se font plus discrètes, via des intermédiaires liés par le secret et de grasses rétrocommissions.

Il faut croire que ni Vincent Bolloré, ni Martin Bouygues n’ont accepté mettre leur réseau à la disposition d’Eric Zemmour. Alors qu’ils surfent volontier sur le phénomène médiatique en accordant une tribune de choix au candidat pour développer ses thèses haineuses, ces industriels ne semblent pas croire assez en lui pour lui ouvrir les portes des palais africains. Qu’à cela ne tienne, le candidat s’est entouré de sa propre garde africaine. Assez pour trouver des points d’entrée sur le continent, mais pas suffisant pour lui éviter de publiquement se salir les mains avec l’argent de la Françafrique.

Teria News

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page